Taguer sa musique

Qu’est-ce qu’un tag?

Malheureusement, dans l’univers de la musique numérique, le mot “tag” a été perverti et je dois commencer par dissiper ce malentendu.

Il existe de nombreux programmes qui servent à éditer les métadonnées des morceaux de musiques — compositeurs, titres, genres, etc. Ce que ces programmes prétendent faire, c’est «éditer les tags», alors qu’en fait, ils éditent des champs, en terme de bases de données conventionnelles.

Permettez-moi d’expliquer ceci à l’aide d’un exemple. Voici un extrait d’une liste des membres d’une chorale, telle qu’elle est stockée dans une base de données:

Base de données: exemple

  • il y a une ligne pour chaque membre de la chorale, avec ses données. On appelle cette ligne un enregistrement (“record” en anglais) de la base de donnée.
  • les différentes informations concernant chaque membre sont stockées dans des champs (“fields” en anglais), qui sont les colonnes de la base donnée.

En ce qui concerne la musique, cela se présente ainsi:

  • les morceaux de musique sont les équivalents des membres de la chorale;
  • les noms du compositeur, des interprètes, l’année d’enregistrement, le genre musical, etc. de chaque morceau, ce sont des champs dans la base de donnée.

Mais, allez savoir pourquoi, les programmes qui servent à éditer ces données appellent tags les champs. C’est un non-sens informatique. Il suffit de le savoir.

En informatique, les tags, ce sont une sorte particulière de métadonnées, qui servent à indiquer des caractéristiques d’un objet. On utilise parfois le terme de «mots-clefs» (“keywords” en anglais). Dans les systèmes d’exploitation actuels, dans les ordinateur, il est aujourd’hui courant d’associer des mots-clefs — des tags — aux fichiers, afin de les classer et de les retrouver plus facilement, sans avoir à forcément les mettre dans un dossier précis.

Je tiens à rétablir la logique et coller à la réalité technique en appelant champs les différentes informations d’un morceau et tags les mots-clefs correspondant à chaque morceau et qui seront stockés dans un seul champ bien précis de la base de données.

Pourquoi des tags?

Les “tags” («étiquettes» en français) permettent de catégoriser les enregistrements, bien plus finement que le simple champ du genre musical. Grâce aux tags, on peut attribuer un objet à plusieurs catégorie différentes: par exemple, un film peut être à la fois «aventure», «comique» et «policier». De même, un morceau de musique peut être à la fois «musique de chambre», «ballade», «pour la soirée», «pour le matin». Le champ «genre», à lui tout seul, ne permet pas ce genre de subtilité. C’est avec les listes de lectures intelligentes (“smart lists”) qu’ils prennent tout leur sens. J’en parle à la page Conseils et astuces.

Mes suggestions, avec quelques explications

Ballade
L’idée est partie du jazz: il s’agit d’un morceau doux, rêveur, tranquille. Mais ce n’est pas seulement dans le jazz qu’on en trouve. Alors on peut appliquer ce tag à tout morceau «doux, rêveur, tranquille», par exemple des nocturnes de Chopin ou des images de Debussy.
Cela donne un choix musical qui convient très bien en fond sonore de la discussion entre amis. Il peut y avoir aussi bien des vraies ballades de jazz que des pièces classiques au piano ou des extraits de musiques de films.
Easy listening et Light
Un peu la même idée que les ballades, mais un peu moins restrictifs. À vous d’élaborer vos propres critères.
Réveil et Matin
Toute la musique qui est compatible avec un réveil en douceur, puis avec le petit déjeuner. Il s’agit de ne pas sélectionner des trop grosses masses orchestrales. Certaines symphonies de Mozart reçoivent le tag Réveil, d’autres pas. Le 4ème concerto pour piano de Beethoven oui, le 5ème non. À vous de décider pour vous même, évidemment.
Soirée
Des morceaux, pris parmi des genres très différents qui pourraient servir à accompagner une soirée d’anniversaire ou autre, avec du monde.
Dialogue
Dans des albums de musique de film, il y a parfois des extraits de dialogues, ou même des interviews. En taguant ces plages avec Dialogue, je peux les éliminer des listes strictement musicales, tout en laissant le même genre — Soundtrack — à tout l’album.
Public
Tout ce qui est enregistré en live.
Bof et Pénible
Quand la musique ou l’interprétation n’est vraiment pas à mon goût. Même de très grands musiciens ont eu des moments «pas très inspirés», mais qu’on trouve quand même dans des intégrales, par exemple. Je ne me contente pas d’une seule écoute pour décider qu’un enregistrement est «Bof», car cette appréciation peut dépendre de mon humeur du moment. Mais une fois que c’est établi, j’élimine ces morceaux de mes listes de lecture en utilisant l’un ou l’autre de ces tags. L’idée est: «la vie est trop courte pour perdre du temps à écouter des choses qui n’en valent pas la peine. Il y a bien assez de belles choses à écouter.»
Historique
J’utilise ce tag pour marquer les enregistrements dont la qualité sonore est vraiment d’un autre âge. Il s’agit parfois de prises de son radiophoniques ou d’enregistrements très anciens avec passablement de souffle ou un côté «nasillard». Ce peut aussi être les multiples prises d’un morceau de jazz, avec les commentaires des musiciens.
Ce tag me permet de ne conserver que les enregistrements «de qualité» dans les listes de lecture. (Il suffit d’utiliser le critère “Not \<Historique>”)
Mono
Enregistrements monophoniques. Ce tag contribue à sélectionner la musique en «haute qualité sonore». Parfois c’est un critère important, parfois pas.
Monument
Il existe des œuvres que l’on ne devrait écouter qu’à genoux, figurativement parlant, qui sont peu ou pas du tout compatilbes avec l’écoute “casual”: les derniers quatuors de Beethoven, les symphonies de Mahler, la 3ème symphonie de Saint-Saens, etc. Je les exclus donc de l’écoute casual avec ce tag.
Paroles
Les paroles ne sont pas compatibles avec la concentration, si je lis ou si j’écris. Ce tag permet de faire des listes de lecture sans paroles.
Intello
Musique quelque peu «prise de tête»: c’est la musique qu’il faudrait écouter la tête entre les mains. Je la laisse pas apparaître dans les listes de lecture «casual».
Loud et Clipped
Tous les morceaux rendus inaudibles par la guerre du volume. “Clipped”, ça veut dire écrêté, en français. C’est un peu moins grave que les morceaux carrément Loud, mais c’est tout de même pénible à l’écoute, ce n’est pas digne d’une écoute audiophile. Alors généralement, j’élimine avec ce tag. Toujours la philosophie «La vie est trop courte pour perdre son temps à écouter de la… sâleté.»
Skip
Les morceaux que je veux sauter lors de l’écoute “casual”. Je n’utilise plus tellement ce tag depuis que j’ai passablement raffiné mon système. Mais j’ai encore découvert quelque part sur un disque live une plage avec uniquement des applaudissements → Skip.
iTunes fournit aussi, quelque part, une case à cocher qui a la même utilité. Je préfère utiliser un tag explicite pour les raisons suivantes: 1. une case à cocher est trop vite cochée ou décochée par inadvertance quand on affiche des centaines de morceaux dans une liste; 2. on peut facilement faire une recherche pour trouver les morceaux tagués Skip, tandis qu’on ne peut pas facilement chercher les morceaux avec la case activée → bien plus pratique!

Le 18 février 2017

logo Olivier Spinnler